Glottophobies et imaginaires des langues

Bien que la glottophobie, c’est-à-dire la discrimination des personnes par les formes linguistiques qu'elles utilisent, soit de plus en plus reconnue et rejetée comme une forme d'« altérophobie », des blocages idéologiques persistent pour accepter la diversité des variantes d'une langue, la diversité de dialectes et la diversité d'accents dans la vie de tous les jours. Ces blocages sont au cœur du dossier principal du numéro 5 de Quaderna, qui a voulu mettre en évidence le lien qui existe entre le phénomène de la glottophobie et les imaginaires des langues.

L 'orientation plurilingue et pluridisciplinaire de notre revue a fourni un cadre idéal pour mener à bien cette réflexion.

Après un parcours théorique qui vise à présenter la problématique, à apporter des précisions terminologiques et à esquisser quelques axes d'un débat interdisciplinaire en cours, notre introduction présente les neuf travaux du dossier, qui sont regroupés en fonction de leurs terrains de recherche (sociolinguistiques, éducatifs-didactiques ou littéraires). L'approche sociolinguistique du dossier est enrichie par les apports de Philippe Blanchet et de José del Valle, deux spécialistes de la question qui nous occupe qui ont accédé à répondre à nos questions.

Numéro dirigé par Graciela Villanueva et Ivan Jimenez
design by artcompix