Marc Lacheny, Nadine Rentel, Stephanie Schwerter (dir.), Errances, discordances, divergences ? Approches interdisciplinaires de l’erreur culturelle en traduction, Berlin et alii, Peter Lang, 2019

Texte intégral

PDF

Cet ouvrage collectif constitue l’un des trois volumes issus du colloque international « L’erreur culturelle en traduction » organisé par une équipe franco-allemande et qui s’est tenu en mars 2018 à l’Université de Valenciennes. Les deux autres ouvrages issus de cette même manifestation scientifique ont été publiés aux Presses du Septentrion et sont intitulés L’erreur culturelle en traduction : lectures littéraires (sous la direction de Thomas Barège, Catherine Gravet et Stéphanie Schwerter), et Speaking Like a Spanish Cow: Cultural Errors in Translation (sous la direction de Stephanie Schwerter et Cliona Ni Riordain) respectivement. 

Le titre du colloque initial, tout comme celui de la publication dont il est rendu compte ici, résonne très fortement avec la thématique du dernier numéro de notre revue consacré aux « impondérables de la (mé)traduction ». Or, si la problématique de « l’erreur culturelle en traduction » semble prolonger les travaux du numéro 4 de Quaderna, la nature des phénomènes analysés et la perspective adoptée diffèrent sensiblement de notre propre publication. Alors que « Found in (Mis)Translation » avait mis l’accent sur la « productivité du contre-sens », en accordant une place de choix aux approches expérimentales, notamment littéraires, les contributions réunies dans le volume en question s’inscrivent dans un cadre plus normatif, prescriptif, orienté davantage vers une analyse critique des erreurs culturelles, ouvrant à des perspectives didactiques en traductologie et en linguistique appliquée. 

Dans sa brillante et stimulante préface, Nicolas Froeliger rappelle que « l’erreur peut produire d’éminents effets positifs » (p. 12), en proposant une analyse des fondements et des enjeux de la notion d’erreur culturelle. Froeliger démontre d’emblée toute la complexité d’un concept qu’il n’hésite pas à qualifier d’« ironique » dans la mesure où la notion d’erreur « suscite presque intrinsèquement une part d’interrogation quant à sa pertinence » (p. 14). Les autres auteurs du volume ne poursuivent pas sur la même lancée théorique, mais adoptent majoritairement une perspective tantôt critique, tantôt prescriptive. Leurs contributions proposent une série d’études de cas illustrant différentes facettes d’un phénomène qui met en tension compétences linguistiques et culturelles. Les questions ainsi soulevées sont nombreuses. Comment séparer l’erreur culturelle de son expression langagière ? Sur quelles bases déterminer que telle ou telle réalité culturelle a été mal comprise ? Comment faire la part entre la traduction erronée d’un fait culturel et la traduction « active » de ce dernier reposant sur une interprétation particulière ou sur une stratégie de déplacement culturel ?

Comme l’indique l’introduction, signée par les trois éditeurs du volume, le but de l’ouvrage est « d’aboutir à une définition de <l’erreur culturelle> dans une perspective interdisciplinaire » (p. 19), c’est-à-dire de proposer une approche du phénomène aussi large que possible. L’étendue et la diversité du corpus analysé constituent en effet l’un des apports majeurs de l’ouvrage, qui se compose d’une vingtaine de contributions rédigées par de jeunes chercheurs ou par des chercheurs (bien) connus tels que Jean-René Ladmiral, qui contribue l’un des textes les plus théoriques du volume. Les articles sont regroupés en trois parties : une première partie à dominante linguistique et sémiotique ; une deuxième partie consacrée au domaine de la communication ; une dernière partie portant plus spécifiquement sur la musique et la philosophie. L’ensemble des contributions réunit un nombre considérable d’aires culturelles et linguistiques (français, allemand, arabe, italien, espagnol, etc.). 

Même si la définition de l’erreur culturelle promise par l’introduction reste finalement à l’état implicite, sans doute faute de consensus, les exemples présentés ressortent d’un large éventail de domaines tels que la littérature, la philosophie, les textes techniques, le cinéma, la musique, la communication publique, la publicité jusqu’à la langue des signes et la traduction automatique, ce qui permet au lecteur de se faire une idée approfondie de la thématique. Un certain nombre des contributions inclue en outre une dimension intersémiotique (langue des signes) et/ou intermédiale (opéra, cinéma, télévision, musique). 

L’un des enseignements les plus précieux du volume consiste sans doute à rappeler la relativité de la notion d’erreur à travers sa variabilité dans l’espace et dans le temps : une erreur n’est jamais une valeur absolue, mais un phénomène situé dans un contexte linguistique, culturel et historique donné, incluant une multiplicité de paramètres aussi bien systémiques qu’individuels. 

Somme toute, la lecture de cet ouvrage, que nous recommandons, poursuivra et complétera donc très utilement les pistes ouvertes par Quaderna n° 4. 

Auteur

Dirk Weissmann ist Professor für Deutsche Literatur und Kultur an der Universität von Toulouse (Toulouse Jean Jaurès). Sein Hauptarbeitsgebiet ist die deutsche Literatur von der Goethezeit bis heute mit einem Schwerpunkt auf den Gebieten Interkulturelle Literaturwissenschaft, literarische Mehrsprachigkeit und Übersetzungswissenschaft.

Germaniste, Dirk Weissmann est Professeur des universités à l’Université Toulouse – Jean Jaurès. Il est membre du Centre de Recherches et d’Études Germaniques (CREG, EA 4151) et chercheur associé à l’ITEM (équipe « Multilinguisme, traduction, création »). Ses travaux portent sur la littérature d’expression allemande, en particulier sur sa dimension multilingue et interculturelle, ainsi que sur la théorie et la pratique de la traduction littéraire.

Pour citer cet article

Dirk Weissmann, Marc Lacheny, Nadine Rentel, Stephanie Schwerter (dir.), Errances, discordances, divergences ? Approches interdisciplinaires de l’erreur culturelle en traduction, Berlin et alii, Peter Lang, 2019, ©2021 Quaderna, mis en ligne le 10 mai 2021, url permanente : https://quaderna.org/marc-lacheny-nadine-rentel-stephanie-schwerter-dir-errances-discordances-divergences-approches-interdisciplinaires-de-lerreur-culturelle-en-traduction-berlin-et-alii-peter-lang-2/

design by artcompix