Installation virtuelle Mathias Mongin : fantasmes, formes et matières

Texte intégral

Sur une idée et à l’initiative de Jean-Paul Rocchi, cette installation virtuelle est consacrée à la pratique artistique du plasticien Mathias Mongin, envisagée dans une perspective transdisciplinaire. Elle comporte trois entretiens et un film documentaire.

1) Mathias Mongin et Jean-Paul Rocchi en conversation :

De 1h 05 chacun, ces entretiens ont été enregistrés sur Zoom H2 en mars et en avril 2015 au domicile parisien de Jean-Paul Rocchi. Leur enjeu est d’illustrer un des points théorisés par ailleurs dans ce numéro de Quaderna : la dé-subjectivation que la discipline exige et la productivité épistémique que la réintégration de l’affectivité dans l’objet d’études favorise, comme trait définitoire et paradigmatique de la transdiciplinarité. Pour cela, leur postulat est de n’exclure ni la subjectivité, ni les projections ou les affects et de laisser deviner ou imaginer la genèse du dit et du non-dit, l’histoire du discours, les sédiments du malentendu, l’hésitation, l’incertitude, la liaison et les déliaisons, l’impression de l’affect sur la voix et ses inflexions. Tout en croisant le discours universitaire empruntant à la littérature, l’histoire de l’art, la culture gay et la psychanalyse, dans une généalogie des savoirs et des savoirs-faire entre intellection et émotion, ces entretiens font aussi remonter, depuis la mémoire des inter-locuteurs et de leur ressenti, les affects conscients ou inconscients qui les ont façonnés et dont ils investissent l’objet (ou que l’objet réactivent en eux), fût-il l’œuvre d’art ou le discours sur l’œuvre d’art, l’artiste ou l’universitaire, la situation qui les réunit ou les sépare, les sujets et les objets qu’ils peuvent tour à tour ou simultanément être l’un pour l’autre ou pour eux-mêmes, ensemble ou de façon différée. Tel est le sens de la démarche scientifique sous-jacente et l’ambition épistémique revendiquée. Pour voir : comment cela in/dé-forme-t-il le regard sur l’objet?

– Vendredi 20 mars – Entretien 1 : Lectures

– Vendredi 27 mars – Entretien 2 : Confluences

– Vendredi 03 avril – Entretien 3 : Il ny a pas de rapport

2) Mathias Mongin ou la plastique de lobjet

Réalisée par Quentin Roussel (Campus Numérique, UPEM) entre mars et juin 2015, cette vidéo (8 mn 25) met l’accent sur  la tension entre le lâcher-prise émotionnel de la création artistique et la discipline, la maîtrise technique qu’elle requiert en même temps. L’image mouvante est ici notamment au service de la fabrication de la pièce de bronze Curiosity, présentée dans le cadre de l’exposition collective d’art contemporain « Phénomènes : genres mélangés » (Galerie Maître Albert, Paris 5ème, mars 2015) dont Mathias Mongin était commissaire. Le film se penche sur  l’ensemble des œuvres exposées par les 13 artistes réunis autour de la thématique de l’hybridité et de l’hybridation. Outre une interview de Mathias Mongin, la vidéo intègre des prises de vue de plusieurs lieux-clé : la galerie Maître Albert, l’atelier de l’artiste à Montreuil, qui abrite d’autres œuvres, ainsi que la fonderie de Coubertin à Saint-Rémy-lès-Chevreuse, lieu où Mathias Mongin réalise ses bronzes, notamment pour la fabrication de Curiosity.

Auteur

Depuis sa thèse de doctorat (2001, Université Paris IV-Sorbonne) consacrée à l’œuvre de James Baldwin, la recherche de Jean-Paul Rocchi a toujours eu pour axe central l’identité et plus particulièrement l’articulation des identités raciales, genrées et sexuelles, telles que le texte littéraire américain contemporain les porte et les affronte aux textes théoriques, notamment ceux de la psychanalyse freudienne et, plus largement, des théories du sujet. Cette double perspective, thématique et théorique, s’est, après la thèse et pendant une maîtrise de conférences à l’Université Paris-Diderot, élargie aux héritiers en littérature de Baldwin, notamment les auteurs noirs et queer américains des années 1990, dans le contexte particulier de la crise esthétique, politique et identitaire générée par l’épidémie du sida. A partir de 2008 et des questions suscitées par la réception de ces travaux, s’est ajoutée à cet élargissement une nouvelle thématique : celle de la réception, des conditions de la production scientifique, de la cartographie disciplinaire et du rôle qu’elle peut jouer, particulièrement en France, dans la marginalisation de certains champs du savoir, notamment ceux dits « subalternes ». Ces questions sont aujourd’hui rassemblées dans la thématique de la transdisciplinarité, organiquement reliée aux enjeux épistémologiques initiaux de ses travaux sur l’identité. C’est dans cette perspective transdisciplinaire et intersectionnelle que Jean-Paul Rocchi a récemment codirigé les quatre ouvrages collectifs suivants : Understanding Blackness through Performance—Contemporary Arts and the Representation of Identity (Palgrave-Macmillan, 2013); Black IntersectionalitiesA Critique for the 21st Century (Liverpool University Press, 2014); Black Europe: Subjects, Struggles, and Shifting Perceptions (Palimpsest, A Journal on Women, Gender, and the Black International, SUNY Press, 2015); and Black and Sexual Geographies of Community-Building (Sexualities, SAGE Publications, à paraître en 2016/2017). Il prépare actuellement une anthologie de ses essais intitulée The Desiring Modes of Being Black: Essays in Literature & Critical Theory à paraître aux éditions Rowman & Littlefied International en 2017. Jean-Paul Rocchi est Professeur de Littératures et Cultures Américaines à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et Directeur adjoint de l’Ecole Doctorale « Cultures et Sociétés » d’ Université Paris-Est.

Professor at the Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Jean-Paul Rocchi teaches in American studies and on African American literature and gay, lesbian, and queer studies. A Fellow at the Du Bois Institute (Harvard, Fall 2007), he is the Director adjunct of the Graduate School “Cultures et Sociétés” (Université Paris-Est). He has published several essays on James Baldwin and other contemporary black writers, and on race, sexualities, psychoanalysis, and epistemology. He is the author of several edited collections including Lobjet identité: épistémologie et transversalité (2006) and Dissidence et identités plurielles (2008). He was in 2011 the main organizer of the CAAR Conference “Black States of Desire: Dispossession, Circulation, Transformation” (http://caar2011.caar-web.org) from which he currently co-edits four collections: Understanding Blackness through PerformanceContemporary Arts and the Representation of Identity (Palgrave-Macmillan, 2013); Black IntersectionalitiesA Critique for the 21st Century (Liverpool University Press, 2014); Black Europe: Subjects, Struggles, and Shifting Perceptions (Palimpsest, A Journal on Women, Gender, and the Black International, SUNY Press, 2015); and Black and Sexual Geographies of Community-Building (Sexualities, SAGE Publications, forthcoming 2016/2017). He is currently working on an anthology of critical essays entitled The Desiring Modes of Being Black: Essays in Literature & Critical Theory to be published with Rowman & Littlefied International in 2017).

Mathias Mongin est un artiste plasticien français, né en 1976. Diplômé de L’école nationale supérieure des Beaux-arts de Paris, il vit et travaille à Paris et Montreuil et séjourne régulièrement à Carrare pour la réalisation de ses marbres. Mathias Mongin est récipiendaire du prix du portrait Paul Louis Weiller de l’académie des Beaux-Arts (2003) et du prix Georges Coulon de l’Institut de France (2003). Son travail a fait l’objet d’une exposition personnelle en 2007 à la Galerie Maître Albert, Paris 5e, et « AU LION D’OR », rue Gabriel Laumain, Paris 10e. Il a participé à plusieurs expositions collectives parmi lesquelles « Promenade avec l’amour et la mort », La Grosse Bertha,  Paris ; « Décalage horaire », installation réalisée à l’occasion de la NUIT BLANCHE, gymnase Jean Jaures, Paris 19e, 2012 ; « Little Piece », La Grosse Bertha, Paris ; « Parcours d’Art Contemporain Paris 19e », La Grosse Bertha, Paris ; « Entre 2 Tours », La Grosse Bertha, Paris 2010 ; « Duel », JTM Gallery, Paris 2009 ; « SxS dans R », galerie Dohiang Lee, Paris ; « Ar(t)bres, la nature malmenée par l’homme », résidence au château de la Bourdaisière, Montlouis sur Loire, 2004 ; Salon d’Automne, Paris 2003 ; Open Air Museum « Old Village », résidence, Sirogojno, Serbie ; Exposition sur le portrait, Académie des Beaux-Arts, Paris.

Born in 1976, Mathias Mongin is a French visual artist living and working in Paris and Montreuil while visiting regularly Carrara, Italy, for his marble carving. A former student of “L’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts,” Paris, he was awarded the Paul Louis Weiller Portrait Prize from The “Beaux-Arts” Academy in 2003 and the Georges Coulon Prize from the “Institut de France” also in 2003. His personal work was shown in 2007 at the “Galerie Maître Albert” (Paris 5th District) and at “AU LION D’OR,” rue Gabriel Laumain (Paris, 10th District). He has participated to several collective art shows including “Promenade avec l’amour et la mort,” “La Grosse Bertha,” Paris ; “Décalage horaire,” an installation for the “NUIT BLANCHE” Paris Show (Paris 19th District), 2012 ; “Little Piece,” “La Grosse Bertha,” Paris ; “Parcours d’Art Contemporain Paris 19e,” “La Grosse Bertha,” Paris ; “Entre 2 Tours,” “La Grosse Bertha,” Paris 2010 ; “Duel,” JTM Gallery, Paris 2009 ; “SxS dans R,” galerie Dohiang Lee, Paris ; “Ar(t)bres, la nature malmenée par l’homme,” artist-in-residence, Château de la Bourdaisière, Montlouis-sur-Loire, 2004 ; “Salon d’Automne,” Paris 2003 ; Open Air Museum “Old Village,” artist-in-residence, Sirogojno, Serbia ; “Exposition sur le portrait,”Académie des Beaux-Arts, Paris.

Pour citer cet article

Campus Numérique UPEM, Jean-Paul Rocchi, Mathias Mongin, Installation virtuelle Mathias Mongin : fantasmes, formes et matières, © 2012 Quaderna, mis en ligne le 29 mars 2016, url permanente : http://quaderna.org/installation-virtuelle-mathias-mongin-fantasmes-formes-et-matieres/

Installation virtuelle Mathias Mongin : fantasmes, formes et matières
Campus Numérique UPEM
Jean-Paul Rocchi
Mathias Mongin

design by artcompix